La Timeline

Les temps électriques, c’est quoi?

Les temps électriques, ce sont ceux décrits par l’auteur de science-fiction Philip K. Dick, dans le roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? », des temps où l’humanité y est interrogée en miroir de robots plus intelligents que leurs concepteurs.

Notre présent tisse déjà ce futur, en introduisant dans notre quotidien l’intelligence artificielle, le calcul de risque, les probabilités, la prévision voire même la prédiction dans tous les champs de l’activité humaine.


Les derniers posts

  • Jurimétrie : l’aléa judiciaire dirigé | Publié dans : Les billets

    De la certitude des prédictions à l’incertitude des probabilités

    Texte préparé et présenté dans le cadre du colloque « L’intelligence artificielle et la fonction de juger », organisé à la Cour de cassation le 21 avril 2022 par l’Institut de recherche pour un droit attractif de l’Université Sorbonne Paris Nord (IRDA) et le Centre de droit civil des affaires et du contentieux économique (CEDCACE), axe justice judiciaire, amiable et numérique de l’Université Paris Nanterre

    Texte publié le 22 avril 2022 et révisé le 24 avril 2022

    Cour de cassation, 21 avril 2022

    La résurgence de l’intelligence artificielle (« IA[1] ») dans notre quotidien depuis le début des années 2010 doit beaucoup à la science statistique. Les différentes méthodes d’apprentissage automatique empruntent en effet nombre d’approches de la discipline, en traitant et en interprétant de grands ensembles de données. Les résultats remarquables obtenus, notamment pour la reconnaissance d’images ou de sons, ont conduit à un vif enthousiasme des entrepreneurs qui ont cherché à en généraliser l’application. Le secteur de la justice n’a pas échappé à cette évolution en France, essentiellement à l’initiative de très dynamiques startups spécialisées dans le droit (legaltechs), qui ont affiné leurs offres depuis le milieu des années 2010.

  • Un arbre nu tendu vers le ciel bleu. Une photo hivernale marquée par la tristesse ? Non, une photo tournée vers l’espoir, car en levant les yeux, on voir les branches se déployer vers la vie. Cette photo, créée grâce à deux paires d’yeux et à quatre mains, symbolise le soutien que chacun peut apporter à l’Ukraine, un geste modeste mais tourné vers l’avenir. La photo a vocation à être utilisée comme affiche, carte postale, ou encore marque-page, non seulement pour marquer son soutien aux Ukrainiens qui souffrent les affres de la guerre, mais aussi pour ne pas oublier le renouveau qui suivra.

    A bare tree reaching up to the blue sky. A winter photo marked by sadness? No, a photo turned towards hope, because when you look up, you see the branches soon to burst with life. This photo, created with two pairs of eyes and four hands, symbolizes the support that everyone can give to Ukraine, a modest but forward-looking gesture. The photo is intended to be used as a poster, postcard, or bookmark, not only to show support for Ukrainians who are suffering the horrors of war, but also to remember the renewal that will follow.

    Debout avec l’Ukraine

    We stand with Ukraine

    Вместе с Украиной

    Разом з Україною

    Tatiana Termacic et Yannick Meneceur

  • Les discussions sur l’emploi de la reconnaissance faciale[1] dans les espaces publics par les forces de l’ordre paraissent toujours particulièrement sensibles et ont fortement animé la préparation du projet de règlement sur l’intelligence artificielle (IA) de la Commission européenne paru en avril 2021. Outre la volonté des gouvernements de disposer d’outils de meilleurs outils de prévention de la criminalité, on voit qu’il est aussi question de mettre de l’ordre dans les pratiques d’opérateurs privés qui inquiètent l’opinion publique et ont conduit à des réactions des autorités de protection des données[2].