IA et droits de l’homme

Le Conseil de l’Europe vient d’ouvrir le premier portail européen portant sur l’intelligence artificielle (IA) et ses implications en ce qui concerne les droits de l’homme, la démocratie et l’Etat de droit.

Ce site recense tous les travaux actuellement en cours au sein de l’organisation internationale, dans ses différents comités, commissions et organes. Il propose de plus des articles de vulgarisation visant à contribuer une meilleure connaissance du phénomène et de ne céder ni à un alarmisme excessif, ni au solutionnisme qui habite encore de trop nombreux discours. 

Ce portail aura également vocation à communiquer sur la partie de l’agenda stratégique du Conseil de l’Europe à l’horizon 2028 portant sur l’IA.

Le Conseil de l’Europe invite également tous les acteurs de l’IA (secteur privé, secteur public, recherche) à utiliser le hashtag #CoE4AI pour signaler leurs initiatives de développement de solutions nativement conçues pour se mettre en conformité avec les valeurs défendues par l’institution.

Intelligence artificielle et infractions pénales

Quel est l’impact des IA en matière de cybercriminalité, de cybersécurité et d’infractions involontaires ?

Les potentialités des sciences, technologies et techniques de traitement des données qualifiées d’intelligence artificielle (IA) ouvrent des perspectives redoutées et redoutables en matière de cybercriminalité. Attaques automatisées, coordonnées, recherches automatiques de failles, l’IA constitue un véritable arsenal de guerre numérique, avec des bénéfices qui n’ont rien de virtuel pour leurs auteurs.

Continuer la lecture de « Intelligence artificielle et infractions pénales »

Intelligence artificielle et procès pénal

Quelle utilisation de l’IA dans le procès pénal en Europe ?

Les passionnés de science fiction n’aurons sans doute raté un chef d’œuvre du genre, le célèbre Minority Report de Steven Spielberg. En 2054, l’agent John Anderton (Tom Cruise) est à la tête d’une unité de police très particulière, la division « Pré-Crime », capable d’identifier l’auteur d’un crime avant le passage à l’acte grâce aux prédictions des trois créatures, dotées de pouvoirs de prévoyance surnaturelle, dénommées « Pré-Cogs ». Un jour, alors qu’il revient d’une mission périlleuse, John apprend par hasard qu’il fait lui-même l’objet d’une prédiction des « Pré-Cogs » et qu’il est censé tuer un homme qu’il ne connaît pas. Il s’enfuit et tente de comprendre comment «Pré-Crime» a pu le désigner comme un tueur…..

Continuer la lecture de « Intelligence artificielle et procès pénal »

Petite histoire de l’intelligence artificielle…

Ce que nous enseignent les trois âges d’or de l’IA

L’intelligence artificielle (IA) est une discipline jeune d’une soixante d’années, qui est un ensemble de sciences, théories et techniques (notamment logique mathématique, statistiques, probabilités, neurobiologie computationnelle, informatique) qui ambitionne d’imiter les capacités cognitives d’un être humain. Initiés dans le souffle de la seconde guerre mondiale, ses développements sont intimement liés à ceux de l’informatique et ont conduit les ordinateurs à réaliser des tâches de plus en plus complexes, qui ne pouvaient être auparavant que déléguées à un humain.

Continuer la lecture de « Petite histoire de l’intelligence artificielle… »

La mécanique addictive des réseaux sociaux

Du totalitarisme du lien numérique

Twitter, Facebook, Tumblr, Instagram, Pinterest, Flickr, Google+, YouTube, Foursquare … Jamais nous n’avons eu autant d’opportunité de tisser des liens et d’être informé dans des temps aussi courts.

Plus de deux milliard d’utilisateurs actifs revendiqués par Facebook en 2018 dont 33 millions en France, 330 millions pour Twitter dont 15,6 sur le territoire national, 800 millions pour Instagram dont 16 millions de français : les médias sociaux ont drainés une population totalement hétérogène et se sont totalement déployés bien au-delà de la population des technophiles… dont le monde des juristes. Continuer la lecture de « La mécanique addictive des réseaux sociaux »

L’intelligence artificielle : du réenchantement au désenchantement ?

De la nécessité d’une science avec conscience

Souvenons-nous des années 80 et 90 : quelques mots étaient en capacité d’enchanter n’importe quel film, histoire ou livre d’une couleur d’avant-garde. Le nombre « 2000 », les ordinateurs personnels, « l’» internet, les autoroutes de l’information, les systèmes experts et… déjà l’intelligence artificielle (IA). A leur seule évocation, ces termes arrivaient à peupler les esprits de voitures volantes, de machines dépassant leurs concepteurs pour les anéantir, d’êtres humains hybridés avec des robots.

Continuer la lecture de « L’intelligence artificielle : du réenchantement au désenchantement ? »

Les technologies de l’information dans les tribunaux européens : un développement généralisé aux bénéfices à mesurer

Quels sont les instruments du Conseil de l’Europe pour accompagner et mesurer la transformation numériques des systèmes judiciaires européens ? [1]

L’utilisation de l’informatique est désormais assez généralement acquise dans les tribunaux européens mais l’exploitation des pleines potentialités de la transformation numérique est encore extrêmement disparate : la plupart des pays de l’ouest semblent avoir déjà développé des approches extrêmement sophistiquées (tant sur le plan technologique que de l’encadrement législatif), alors que dans d’autres Etats-membres du Conseil de l’Europe la simple mise en œuvre d’une informatique de gestion efficiente constituerait déjà un grand succès.

Continuer la lecture de « Les technologies de l’information dans les tribunaux européens : un développement généralisé aux bénéfices à mesurer »

L’open data en trois définitions

Données brutes, méthodes probabilistes et politique publique : les trois visages de l’open data

Le projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice, présenté le 20 avril 2018 en Conseil des ministres, propose de réécrire dans son article 19 les dispositions introduites par les articles 20 et 21 de la loi pour une République numérique promulguée… le 7 octobre 2016.

Cette intense production législative ne concerne pas les dernières réformes procédurales ou territoriales de la justice mais a pour objet l’ouverture en open data des décisions des tribunaux. L’intensité des débats dans ce domaine pourrait paraître inattendue au vu des principes démocratiques invoqués a priori : pourquoi s’opposer à l’amélioration de la transparence de la justice en garantissant la disponibilité, le partage et la réutilisation des décisions juridictionnelles ? Le principe général de transparence de l’action publique, porté notamment dans un cadre international par le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO), se heurte toutefois à une problématique majeure : la confusion d’un grand nombre de notions en utilisant un vocabulaire à la mode. Or sans vocables communs, il semble ne pas y avoir de pensée claire possible et – naturellement – de convergence vers une stratégie d’emploi des opportunités offertes par le numérique dans l’intérêt de la justice. Continuer la lecture de « L’open data en trois définitions »